Articles

Prendre sa place, & coup de gueule FJ

Ca fait longtemps que j’ai pas écrit un petit article dis donc. Ca me manque de faire défiler les doigts sur le clavier, bien installée dans mon canapé. 

Enfin bien installé c’est un grand mot, c’est pas mon super canapé que j’ai du laisser chez ma mère lors du déménagement.
Ca fait…2 semaines je crois que je dors par terre, sur ma moquette. Ahah. Eh ouais ! Enfin pas direct sur ma moquette, mais sur mon tapis de gym + un tapis de plage, plus mon gros truc de femme enceinte qui me sert pour le dos et un drap par dessus. Ah faut pas que j’invite un mec à dormir chez moi moi je vous le dis. En face de la caméra, les pieds sur le bout du fond vert, à coté de la table basse pleine de perles et de galets, y aurait pas de place anyway. Je l’ai lâché mon super confort moi je vous le dis, même si bon y a pire bien entendu, ça reste sympa quand même. 

38 ans semaine prochaine, je dors par terre, je vis dans une cage à poule et dans 3 mois je suis au RSA.
Alors là je me dis y aurait de quoi se dire « j’ai pas de chaaaaance, à 38 ans j’ai rien du tout, bouh et bouh ». 
Ouais bah n’empêche que je me sens tellement plus alignée avec ce que je suis que dans tous les cas je suis plus heureuse !
Ca me fait penser à ce que j’ai posté sur Instagram ce matin d’ailleurs.



J’ai certes beaucoup moins qu’avant ou j’avais un très bon salaire et un super appart ultra confort dans un quartier chic choc, mais je suis plus en paix avec moi-même et ça ça vaut tout l’or du monde.

Ah oui pourquoi je dors par terre, parce que les BZ d’ici, je suis dans un meublé, sont tellement pourris que j’arrivais même plus à me lever le matin avec mon dos et au final j’ai bien moins mal en étant par terre alors je continue.
Et petit comme c’est chez moi avec tout le bordel, c’est aussi vachement plus pratique de jeter son tapis de gym, son tapis de plage et de s’allonger que de dégager tout le bordel pour y étendre un lit. On s’en fout personne me voit hein, j’espère juste qu’il y a pas trop de petites bêtes qui jonchent le sol la nuit et qui viennent se réfugier dans ma bouche. Bouh bouh.

Je rebondis de rebond mais je repense parfois à certains commentaires que je lis. Faut que je cherche ce qui m’agace comme ça. On sait que tout ce qui nous agace trouve sa source quelque part. je crois savoir un peu.

Enfin avant de commencer à parler du sujet, je parle de même pas 1% de commentaire et encore ce sont malgré tout des commentaires qui je sais, partent d’un bon sentiment. D’ailleurs j’en profite pour vous dire à quel point vos commentaires me touchent ! Parfois tellement que je ne sais pas vraiment quoi y répondre, je ne suis pas encore super à l’aise à recevoir autant de mots de gentils et remplis d’amour. Alors MERCI.

Je continue..Si j’en reviens au passé, à cette époque encore ou je n’avais aucune confiance en moi, j’avais cette impression qu’on me prenait pour une conne. D’ailleurs c’est rigolo ça me fait penser à l’école, ou j’avais souvent les réponses mais jamais jamais jamais je ne levais la main. J’avais tellement peur d’être ridiculisée et puis parfois personne trouvait et la prof disait bon personne n’a trouvé…Bah si moi sauf  que j’ai toujours eu peur la parole, always. De peur de dire un truc con et qu’on me le fasse remarquer.

Et ca me fait écho avec un commentaire hier, le fait que je ne prenais pas ma place. C’est vrai que j’ai encore beaucoup de mal à la prendre. Y a toujours un peu cette notion aussi de « droit d’exister »..

Un jour lors d’une séance de coaching, on a travaillé sur mes valeurs, une de mes plus grandes valeurs, c’est le RESPECT. Puis on a cherché plus profondément. Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?? je ne sais plus tout ce que j’ai dit entre…mais à la fin, j’ai crié, avec les larmes plein les yeux « parce que j’ai le droit d’exister ! » purée ça sort de loin ça.
Ouais je crois que l’enfance a fait m’a donné cette impression que j’avais pas le droit d’exister peut-être, ou ne surtout pas dire qui j’étais, ce que je faisais, surtout ne rien mettre en avant qu’on ne me fracasse pas la tête.

Je crois que ce harcèlement que j’ai subi venait à la base d’une jalousie. Alors non pas de ma beauté hein ! ça c’est sur, à l’époque comme je le disais j’étais pas la fille swag du collège, en revanche, je faisais rire, je faisais le clown et les gens se marraient en ma compagnie. 


Puis j’étais gâtée. Ma mère me gâtait, ma tante aussi je portais souvent des marques, et depuis l’âge de 3 ans j’allais tous les étés à Los Angeles, car mon père vivait là bas, alors je ramenais de supers trucs de States, les dernières baskets pas sorties en France, les derniers Walkman autoreverse, les jeans Levi’s pas chers, bref je faisais le plein quand j’allais là bas. 

Je voyageais aussi beaucoup avec ma mère, tous les ans avant de partir 2 mois aux Etats-Unis. Je ne me souviens plus si tout ça j’en parlais, en tout cas ça se se voyait, ça se savait forcément, t’as fait quoi pendant les vacances, je suis allée chez mon père..aux Etats Unis.

J’étais la fille « pourrie-gâtée » et même d’un coté de ma famille on me le faisait remarquer.
 
J’avais l’accent américain en cours d’anglais alors la prof me détestait !  Elle m’appelait Mademoiselle Poisson à cause de mon nom et divisait toutes mes notes par 2 !!! Trop facile pour moi qu’elle disait.
Alors plutôt que d’avoir 16 de moyenne en Anglais, bah j’avais 8. Ah le collège, pas la meilleure expérience de ma vie, moi je vous le dis.

Ma pauvre maman en a vu de toutes les couleurs, entre mon harcèlement, ce genre de profs, mes opérations. C’était pas de tout repos, alors pour me consoler, en plus de l’absence de mon père, elle comblait pour deux, me gâtait, m’enveloppait dans un cocon, encore plus après mes problèmes de santé. Alors bien sur ça part de l’amour tout ça mais je crois aussi que ça m’a rendue peureuse d’un peu de tout, c’est un peu ce que ça fait quand on se fait agressé et qu’on est surprotégée. On reste dans sa bulle par peur du monde.

Bref suite à tout ça, je me suis éteinte, je n’ai jamais osé vraiment parlé de moi…enfin si puisque je le fais constamment sur YouTube si vous me suivez, mais toujours pour parler de mes blessures/douleurs/dépressions/guérisons, de ce que j’ai pu traverser, ce qui a été difficile, mais je n’ai jamais osé parler de moi dans le sens positif ou tout ce qui pourrait être pris comme le fait de « se mettre en avant ».

C’est marrant c’est vraiment en écrivant que je m’en aperçois. 

Parfois les gens me racontent leur vie, avec tout ce qu’ils ont fait, tout ce que j’ai fait moi aussi sauf que je n’ose pas le dire, alors je me tais. J’ai peur de dire « moi aussi » et qu’on se dise « elle se la pète ». Je pense que tout ça vient de là en fait. Ne pas se mettre trop en avant, ça risquerait de déranger et on pourrait t’en foutre plein la tronche. BE CAREFUL SWEETY.

J’ai vécu à Malibu 1 an, je suis allée à Malibu High School. J’étais dans la classe de la fille de Mel Gibson, ou encore de Dominique Swain, la nana dans Lolita. J’ai eu une histoire d’amour avec un garçon qui est parti jouer à Broadway avec Nathalie Portman et que j’ai d’ailleurs retrouver habillé en sandwich dans une série américaine quand je suis revenue en France. En hot Dog plus exactement. Purée c’est mon ex à la télé. ahah.
Y en a à dire sur mes aventures aux Etats-Unis moi je vous le dis. Je pourrais en faire un spectacle avec ce que j’ai vu, et toutes les situations rigolotes. 

Les voitures de fou dans le parking, les cheerleaders, les cours qui ne sont pas vraiment des cours, les casiers, les bals, la prom avec la limousine, les feux de Malibu, les tremblements de terre, la vie à l’Américaine quoi. Je voulais vivre cette expérience. Toujours mon père qui habitait là bas alors pendant un an j’ai voulu poser mes bagages pour vivre l’expérience à fond.C’est là que j’ai eu l’infection dans mon dos et j’ai du revenir avant la remise des diplômes, dommage j’ai raté ça !

Sauf que j’ose jamais vraiment en parler, enfin attention sauf quand je suis lancée sur le sujet car j’en ai des choses à raconter mais bon toujours peur d’aborder ce sujet par exemple. J’ai des voix dans ma tête « Oui Cécile, on sait, t’as vécu à Malibuuuuuu ». ….que du coup ce sont des choses dont je n’ose pas parler. Vous allez me dire c’est pas très important, ça fait longtemps maintenant, quel interêt finalement mais je m’aperçois surtout que je m’interdis de le faire. Parfois je fais des vidéos ou j’évoque cette période de ma vie et je me rends compte que je refais la vidéo ou que j’enlève ce genre de passage au montage, ou que je fais bien attention de ne pas jamais évoquer certaines de choses, que je reste dans le contrôle pour ne jamais trop en dire sur ce qui pourrait attiser les jalousies..
En fait c’est ça, la jalousie m’a tellement plombée qu’aujourd’hui je suis plus à l’aise de mettre en avant toutes mes souffrances plutôt que mes chouettes expériences. Et en même temps ça me saoule car parfois j’aimerais m’exprimer quand quelqu’un me parle des Etats Unis juste lui dire « oui je connais j’y ai vécu, c’est un peu mon deuxième pays, mais non je dis rien j’ai peur »…dingue. 

Merci blog je m’auto-analyse en écrivant.

Prendre sa place….pour en revenir là-dessus, ça me parle bien donc car il est vrai que je n’ose pas encore vraiment la prendre. Il y a toujours cette peur au fond d’attiser les foudres.

Purée je me dis vraiment que c’est quelque chose à dépasser…..allez c’est une des prochaines étapes et je le sens, car si je veux commencer à gagner de l’argent il faut savoir prendre sa place aussi et assumer qui on est jusqu’au bout, dans le positif comme dans le négatif.
Maintenant j’ai assez pris confiance en moi pour être de nouveau prête à recevoir des choses pas forcément positives. Je dis ça car je constate que mes dislikes augmentent, ça reste peu pour le moment mais je me dis que plus je prendrai ma place et plus j’en aurai.

Accepter de ne pas être aimé ça fait partie du chemin aussi. Se détacher de plus en plus du regard des autres de ce qu’on pense de nous. Et en fait je m’aperçois qu’autant au départ, un dislike me faisait un peu trembler aujourd’hui je me fais juste la réflexion de « tiens ! ».

Y a des vidéos ou y a vraiment des avis tranchés ou je me dis ok, le dislike a un sens genre « je ne suis pas d’accord avec ce que tu dis »… mais y en a d’autres ou j’arrive pas forcément à comprendre le but du dislike, quand je parle de mes expériences de vie, je ne comprends pas trop le but. J’aime pas ton expérience de vie ? J’aime pas que tu aies vécu ça ? J’aime pas…..ton tee shirt ? ta gueule ? lol….ouais disons que c’est histoire de dire « tiens je te mets un dislike, je t’aime pas, prends ça dans YouTube !!! » ^^, du coup j’ai cette vision de qqn un peu d’un peu aigri derrière son écran qui veut exprimer son grrr grrr à l’intérieur de lui, histoire d’extérioriser un peu quoi. Car j’imagine que quand on aime pas, on regarde pas …Moi quand j’aime pas, je passe mon chemin.

Bref en tout cas c’est une bonne manière de voir ou on en est face au regard des autres, et je trouve que ça va c’est plutôt positif car je suis plutôt en paix avec ça. Qu’on ne m’aime pas, eh bien c’est de plus en plus ok, surement parce que cet amour je commence à me l’apporter moi, et ça c’est chouette !

Pour en revenir aux commentaires car je suis partie sur ça au départ, si y a quand même un truc qui m’agace c’est quand les gens savent mieux que toi ce que tu vis.
Ca c’est très barbant. Je risque de sortir un peu de mes gonds du coup.

J’en reviens à cette histoire de FJ. Y en a plein qui y croient pas et c’est carrément ok car je suis a même de le comprendre. Quand on ne le vit pas, on ne le conçoit pas et je crois même qu’il est impossible de le concevoir. Moi non plus je ne pensais pas que ça existait ce genre d’émotions, de sensation.

De se retrouver au Paradis en présence d’une autre, de décrocher de terre, de ne plus faire l’expérience du temps pendant un moment, d’être vraie, soi, à 100%, plongé dans un regard qui nous renvoie chez NOUS. Home. Je ne savais pas que ça existait. et j’aurais jamais pu le concevoir avant de le vivre, donc que ça ne résonne pas pour certaines personnes. Normal j’ai envie de dire.

J’en ai vécu des histoires d’amour et des belles. Des terrestres, de folie.

J’ai une ma première histoire à 18 ans. Oh la la qu’est ce que je l’ai aimé et qu’est ce que j’ai été méchante aussi. J’avais peur qu’il m’abandonne, que je ne sois pas son seul et unique centre d’interêt, jalouse possessive. Atroce mais qu’est ce que je l’aimais (d’un amour à condition of course), et lui aussi  Très dur pour lui, pour moi. On a du se séparer par trop de folie de ma part je pense. 

Après ça j’ai eu quelques relations, ou j’ai continué à être plutôt mauvaise avec les gars, alors qu’ils ont tous été ADORABLES avec moi, j’avais quelque chose contre les hommes je crois, je leur faisais payer quelque chose mais je ne sais pas vraiment quoi. Peut-être le fait que mon père soit parti quand j’avais 3 ans à l’autre bout de la terre, d’avoir aucun homme dans mon entourage, d’avoir une vision des hommes pas top, ou tout simplement une vie antérieure ? Parait que dans ma dernière vie j’ai tué un homme alcoolique qui me frappait, et qu’en plus j’ai été tué, chaise électrique, pour l’avoir tué. Un comble !! VENGEANCE contre les hommes peut-être.:p

Bref j’ai eu des relations donc…faut savoir que la personne que je n’aime plus appeler ma flamme jumelle tellement ce mot est galvaudé qu’il ne résonne plus pour moi, alors je vais l’appeler LUI, a toujours été présent dans ma tête, always, depuis toute petite, j’en parlais constamment de LUI, de cet ami cet amant ce frère ce complice, ce TOUT, je le visualisais déjà, c’est pourquoi je l’ai reconnu de cette façon aussi
Même les fois ou j’ai été très amoureuse, je n’ai jamais oublié cette personne à laquelle je pensais constamment.


 Bref, puis à 24 ans je suis tombée sur un mec que je pensais être l’homme de ma vie, c’était pas LUI, mais je ne pensais pas qu’il existait réellement ce LUI de toutes façons. Je pensais que c’était ni plus ni moins qu’un idéal que je me créais !
Avec cet homme ça a été très très très très fort tout de suite, même sans se voir car je l’ai rencontré sur MSN à l’époque. 
Nous étions déjà amoureux sans nous voir. Ah bah c’est sur qu’à l’époque j’aurais entendu parler des FJ, c’était forcément ma Flamme Jumelle…
Sauf bien sur cela n’avait rien à voir, quand on a connu les deux, on peut noter la différence ! mais si ce n’est pas le cas il est facile de se tromper.

Anyways, histoire de fou avec cette personne, mon petit jeu de la princesse un peu méchante n’a pas vraiment fonctionné avec celui ci. Enfin si par période mais on s’échangeait les rôles ! Il était mauvais…je dirais même un  vrai « PN » par moment, puis après c’était mon tour d’être une vraie PN.

Cette relation pourrait faire un livre. C’est parti très loin dans les émotions, dans la souffrance, chaque fois qu’on se séparait, soit à peu près tous les 15 jours, voire 3 jours, des séparations de 3 mois, jusqu’à 1 an….(non non c’était pas une relation de Fj pour autant…Amour fou et séparation ne correspondent pas forcément à une relation « FJ »..)…j’avais l’impression de mourir, mon coeur se déchirait, on m’amputait. Pareil pour lui. Cette relation était tellement intense qu’elle en était invivable. On se déchirait autant que l’on s’aimait. On rendait fou les voisins. Ces relations passionnelles ou parfois les mots dépassent aussi notre pensée, les mots, parfois les gestes même si je n’ai jamais été frappée, moi j’ai donné des coups et bien sur le répondant n’aurait pas été le même vu ses beaux muscles, je sentais qu’avec cette intensité au fur et à mesure des années on aurait pu déboucher sur une relation à la Cantat ! Un beau musicien en plus….
Et vous voyez là dedans je ne dis en aucun cas que cette personne était violente car elle ne l’est pas. Et finalement je ne le suis pas (quoiqu’à l’époque encore un peu) mais l’intensité de nos émotions, de ce qu’on ressentait était tel qu’on arrivait à des moments très tendus. Rhaa, que de passion, que de rage !!!
C’est une relation qui m’a fait travailler plein de choses. Déjà ça m’a un peu remis à ma place niveau mec et mon comportement de Princesse. Le fait qu’il soit musicien, n’a pas été un hasard non plus je pense. On devait avoir des choses à régler ensemble, surement une relation karmique, une âme soeur j’en sais rien. dans tous les cas c’est sur que cette personne a joué une place très importante dans ma vie car il y a eu un avant et un après cette relation. C’est d’ailleurs après cette relation que je n’ai plus enchaîné les relations. J’ai tellement souffert, mon coeur en a pris dans tous les sens que pour moi l’amour n’avait plus la même saveur, on ne prenait pas un mec juste pour avoir une compagnie mais par ce qu’il y avait un vrai partage. C’est à partir de cette relation d’ailleurs que j’ai connu beaucoup de célibat et que j’ai commencé à me connaître un peu plus. 

Pourquoi je vous raconte ça, parce que j’ai l’impression de lire ce genre d’histoire partout quand on parle de Flammes Jumelles.
Et du coup qu’est ce qu’on trouve dans ce terme de FJ : manipulation, relation toxique, sacrifice, méchanceté. Quand on expérimente vraiment cette relation qu’est une relation de FJ, ça n’a RIEN à voir avec tout ce que j’évoque plus haut malgré l’amour fou qu’il peut y avoir. Il ne s’agit pas du même Amour. 

Aujourd’hui dès que quelqu’un ressent un truc ‘spécial’ ou ‘intense’ pour quelqu’un, il a trouvé sa flamme jumelle…ce qui fait que ce terme ne veut plus rien dire. On y trouve de tout, du flirt, à la relation toxique, karmique, d’âme soeur, la liaison avec l’homme marié, le crush pour le voisin de palier.

bah t’énerves pas Cécile

je m’énerve pas….bah si ouais un peu parce que du coup tout le monde y va de son commentaire à se baser sur une relation « terrestre ».

Je vois des commentaires comme quoi je vis le martyr depuis 3 ans, qu’il faut que je passe à autre chose, qu’il faut que j’arrête d’espérer un retour, que ça me fait du mal, que ce n’est pas ce que je pense, que ce n’est vraiment pas bon pour moi. C’est adorable de s’inquiéter pour moi, ça c’est une chose mais assez insupportable quand on sait un peu mieux ce qu’on vit et tout ce que nous apporte de positif. 

Ca me fait penser à la citation qui dit entre ce que je pense, ce que je dis, ce que tu et entends et ce que tu comprends etc y a tout un monde. Effectivement surtout pour ce type de relation .

C’est sur que lorsqu’on RABAISSE cette relation à une relation terrestre, forcément on voit Bridget Jones au fond de son canapé à attendre le retour d’une personne qui ne reviendra jamais. Car en fait c’est ça le tableau que se font la plupart des gens qui n’ont pas expérimenté une relation de FJ :

Une nana complètement désespérée et amoureuse d’un mec qui ne l’est pas et qui fuit totalement. Le bon tableau de merde quoi. ahah
ou encore tout simplement le relation passionnel qui nous détruit à petit feu car celle que j’évoquais plus haut. Car effectivement ce genre de relation qui vient dans tous les cas nous apprendre des choses devient toxique à long terme. Lui comme moi dans cette relation passionnelle, nous étions en train de nous abîmer et de nous tuer émotionnellement parlant. J’ai perdu mes cheveux, je pleurais constamment, je ne vivais qu’à travers cet amour, ce qui était devenu toxique au final. 

Et comme la moitié des gens pensent vivre une relation de FJ qui n’en est pas une, ils s’embourbent dans des relations comme ça en disant que l’autre leur est destiné, en s’accrochant à des relations qui les coulent pour au bout de je ne sais combien de temps, réussir à lâcher enfin le truc et clamer derrière au monde entier : Les flammes jumelles n’existent pas, j’en ai fait l’expérience, c’est toxique c’est blabla. Non c’était tout simplement une relation d’amour Divin ! 

Forcément dans ce genre de relation on expérimente pas l’amour inconditionnel mais un amour conditionnel ou on attend coute que coute un retour de l’autre, parce qu’on pense que l’amour ça ne peut être vécu que comme ça, on imagine que si l’autre n’est pas avec nous, alors on va être dans le jugement, dans la colère, dans l’attente…parce que ce n’est pas possible autrement !

Non je vous assure,  ça existe d’aimer et de laisser l’autre personne faire sa vie sans rien lui demander. Ne pas être jalouse des gens avec qui il est. D’accepter tout ce qu’il est, tout ce qu’il fait, jusqu’à son rejet. Jusqu’à le comprendre, le ressentir et ne vouloir que son bonheur même si c’est sans NOUS.
Ca existe de se sentir aimer et d’aimer sans avoir de nouvelles, sans savoir ce que devient l’autre, et d’en être même heureuse, d’être comblée d’amour seulement par ça. D’avoir un sourire jusqu’aux oreilles, des larmes de bonheur rien qu’en y pensant. OUI c’est possible, mais peut-être pas dans une conception plus terrestre. C’est sur qu’à l’époque ou je pensais à mon ex, j’étais la colère dans la tristesse, la rage, j’étais déchirée en deux, pcq je l’aimais, à condition qu’il soit là, avec moi, right NOW pour vivre cet amour.

Alors oui c’est sur que comme ça c’est peut-être un concept qui échappe, trop « grand », trop divin, trop « inexpérimentable » dans ce monde de dualité.

Pour les gens qui sont persuadés que je vis le martyr et que je suis dans l’espoir chaque jour d’un retour, donc forcément très malheureuse et à pleurer le nez dans ma moquette, rassurez-vous, je n’ai jamais été aussi bien que depuis cette rencontre.

Ses yeux m’ont vue. Comme ça ça parait peut-être banal mais il a vu qui j’étais, j’ai jamais eu besoin de jouer un rôle avec cette personne. J’ai été MOI, telle quelle et nous nous sommes aimés à la seconde ou on s’est reconnecté (« qu’elle croit ! qu’elle croit !! moi aussi j’ai vécu un truc comme ça et derrière le mec il m’a éjectée comme une merde…Lol « je fais les commentaires en même temps ahah)

Bref ce qu’il faut essayer de comprendre là dedans. C’est qu’encore une fois on parle pas de relation romantique, on parle d’abord et avant d’une reconnexion à SOI. A lui dans un premier temps pour nous reconnecter à SOI par la suite. Et je sais que c’est le chemin et c’est aussi pour cette raison que je ne suis pas en train d’espérer un retour chaque jour, ou plutôt si, mais le MIEN. Mon retour à Moi.

Quand il m’a vue, quand il m’a donné cet amour que j’ai senti comme je l’avais jamais ressenti auparavant car cet amour n’avait rien de semblable avec les autres (et là c’est pas pour me jeter des fleurs mais j’en ai eu quelques uns des mecs amoureux !), c’est comme si ça m’avait reconnecté avec moi-même.
Pour la première fois de ma vie je me sentais complète ! Pour la première fois je m’aimais, pour la première fois je n’avais honte de rien, pour la première fois j’étais MOI MOI MOI, j’étais Moi chez Moi.
D’ailleurs on était ou pendant ces moments là ??? Plus sur terre ce qui est sur.

Ca me fait penser aux Expériences de Mort Imminente ou les gens se sentent si bien car ils sont de retour à la source, dans cet amour Divin, puis ils reviennent sur terre et se sentent tout cloisonnés de partout…
Voilà ce que c’est qu’une relation de Flammes Jumelles en fait, c’est une E.M.I. Les gens quand ils parlent de leur expérience, ils pleurent car ils se rappellent du bien être que ça leur a procuré, puis pouf une fois reinjecté dans la 3D forcément ca fait mal.
Purée mais c’est tout à fait ça en fait ! Quand je pense à lui j’ai cette sensation d’amour, les larmes qui peuvent monter de bonheur. VOILA CE QUE C’EST !

Souvent derrière ça ils empruntent une voie spirituelle et changent complètement leur vie pour faire ce qui leur correspond. Rigolo, exactement comme une relation de FJ finalement. Donc là on est pas dans les relations toxiques de PN de sacrifice ou je ne sais quoi puisqu’on est plus sur terre, on est de retour à la source !

Une fois qu’on attérit, bah forcément c’est difficile car on aimerait se sentir de nouveau complet comme on a pu se sentir, retrouver cet état de béatitude, d’amour divin, inconditionnel mais on revient dans la 3D, ça rend fou. Alors on retombe dans la souffrance puis on part sur un chemin qui est long pour retrouver cet état de complétude qu’on a pu ressentir en présence de sa moitié. Alors on bosse on travaille, on se réalise.

je connais quelques personnes qui ont rencontré leur flamme jumelle. je vais être honnête, y a très peu d’histoires qui résonnent pour moi mais ce n’est que ma vision, par rapport surement aussi à ma propre expérience. Les quelques personnes, ont cet amour, sans condition pour leur autre. Quoiqu’il fasse, quoiqu’il dise ou ne dise pas plutôt. Malgré son silence. Ces personnes se sont révélées à elles mêmes et ont changé de voie dans leur vie, ont cherché à être aligné avec elles même car forcément on arrive à se sentir complet que lorsque l’on est aligné !
Ca leur a montré la voie donné des ailes et porté tellement loin dans leur cheminement, afin qu’elles se trouvent, quelles s’aiment, qu’elles se réalisent et tombent en amour pour elles-mêmes comme elles ont pu le faire pour leur autre, être dans cet amour incondtionnel qu’elles ont connu avec leur autre.

C’est la meilleure chose qui me soit arrivée dans la vie, porté par cet amour, j’ai commencé à réaliser à la base pour LUI, tout ce que j’ai toujours eu envie de faire, pour continuer de le faire ensuite pour MOI.

Ca fait 3 ans que je suis portée par cet amour, les gens y voient du désespoir quand j’y vois une énergie de dingue qui me fait avancer à pas de géant dans ma vie. Depuis ces 3 ans, j’ai tout quitté, développé des tas de compétences, j’ai des tas de projets en tête, j’ai pris en confiance, j’ai appris à m’aimer afin de retrouver cet état d’amour seule, j’ai fait des pas de géant et on me parle de vivre le martyr que ça me fait pas du bien que ce n’est pas grâce à ça que bla bla mais mais….pardon mais qui est mieux placé que moi pour dire ce qu’il en est.

On me dit qu’il faut être honnête que j’attends forcément un retour.

Comment expliquer ça ? Bien entendu que si demain il sonne à ma porte je saute dans tous les sens, peut-être même que je fais une crise cardiaque de joie…OUI mais ce que la plupart ne comprenne pas c’est que le fait qu’il n’y ait pas ce retour ne me rend pas malheureuse pour autant car il est là, à chaque instant, il est dans mon coeur et je suis comblée par cet amour et heureuse d’aimer.  Oui ça aussi ça doit être un concept un peu difficile à comprendre, c’est sur encore une fois quand on a pas expérimenté ce genre d’amour sans condition c’est encore une fois difficile à concevoir, et je le conçois mais please, arrêtez de penser et de savoir mieux à la place des gens qui vivent cet amour pur qui les fait se réaliser à vitesse grand V. Les plus belles choses ont été faites par amour alors arrêtez de leur dire que c’est n’importe quoi, qu’elles rêvent et que ça les rend malheureuse lol
Laissez les s’envoler !

Et je pense que ça me renvoie à des choses comme justement le fait de ne pas prendre ma place, ce qui pour le coup est juste. Comme si on m’imposait encore une vision des choses quant à ce que je vis, comme si j’étais trop conne pour pas voir que ce que je vis n’a rien d’exceptionnel et qu’en vrai je vis le martyr lol. Quand on me dit aussi « non mais tu conscientises pas mais en fait c’est ceci cela ». Ah merci si tu le dis c’est que c’est vrai alors. 

Oui je crois vraiment que ça me renvoie au « je sais mieux que toi,  tu es conne »…ahah attention là je parle d’un problème avec moi, je m’auto analyse aussi et je me rends compte que c’est encore quelque chose que j’ai du mal à supporter et donc peut-être que j’attire car il y a pas mal de personnes qui me font la leçon. Parfois on me contacte ou je reçois les mails en me disant comment marche la loi de l’attraction, que tout ce que je vibre, je le crée, comment fonctionne l’Univers, que je dois voir ce qui m’agace chez les autres pour comprendre plus ce qui se passe chez moi.
Je comprends pas, c’est pas tout ce que je dis dans mes vidéos ?

Ces derniers plus ça plus je reçois des mails ou commentaires ou j’ai l’impression qu’on me fait un cours sur tout ce que je véhicule depuis 3 ans. Ou dans les commentaires ou j’ai marqué plusieurs fois « mais pourquoi vous me dîtes tout ça ?! » c’est d’ailleurs une des personnes qui m’a parlé de prendre sa place, ce qui a résonné fortement, je crois qu’effectivement je ne la prends pas encore assez, surement encore des peurs d’être rejetée, juger, attaquée pour tout ce que je suis. 

J’avais besoin d’extérioriser tout ça je crois et je vais quand même finir sur un truc. 

Toujours concernant la FJ…Quand on parle de l’amour que l’on a pour Dieu ? je ne dis pas que ma FJ est Dieu mais quelque part on s’approche de cet amour, divin donc. Aimer Dieu, la source, whatever, nous empêche t il de s’épanouir ? de faire sa vie ? D’avancer ?

Voilà comment je vois l’amour que je ressens, un amour qui me porte pas un amour qui me freine. Si une âme est mise sur mon chemin pour m’accompagner, jamais je me bloquerai par amour pour ma FJ ! Et j’ai d’ailleurs eu une très belle histoire d’amour plus terrestre certes depuis. J’ai été amoureuse, tout en continuer d’aimer et de me sentir aimer par cet autre, à un niveau bien plus élevé. AIMER !

 

« Aimer inconditionnellement quelqu’un ne signifie pas lui donner son temps de manière inconditionnelle. Parfois, aimer complètement signifie ne jamais revoir cette personne. C’est aussi de l’amour. C’est donner la liberté à quelqu’un d’exister et d’être heureux, même si cela doit être sans nous »

« Mais non Cécile, tu CROIS aimer inconditionnellement, mais en fait ce n’est pas le cas ».

Ah oui c’est vrai…Pardon…xD

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular

To Top
tristique dolor. pulvinar libero. leo. lectus accumsan Praesent massa felis quis