Articles

PRISE DE CONSCIENCE, SPORT & ESTIME DE SOI

Hou là là que j’ai mal partout aujourd’hui. Ca bouge max en ce moment !! J’ai repris le sport, mais attention, pas le sport genre tout doux tranquillou histoire d’avoir bonne conscience. Nan nan le sport intensif comme j’ai eu l’habitude à un moment et qui me faisait sentir tellement bien dans mon corps (et du coup dans ma tête..) !

Y a 3 ans de ça….attendez laissez moi faire les calculs, 2018-2015, oui c’est ça y a 3 ans, je faisais du sport à fond les ballons ! Si bien que je m’étais sculptée un corps que j’aimais enfin. 

Oui car je ne me suis jamais aimé physiquement. Enfin si, c’est un peu bizarre. Si je me place d’un point de vue extérieur, je me dis « hey t’es pas mal » sauf qu’à l’intérieur de moi il y a toujours eu un gros complexe de je suis moche, je suis grosse.

Pour ceux qui ne le savent pas, j’ai eu un gros harcèlement et surtout beaucoup d’humiliation quand j’étais au collège. Vous pouvez trouver la vidéo qui explique cela, ici : https://youtu.be/V10-AhWi3_g

A force d’être traitée, de conne, de moche, de grosse, forcément on en fait une croyance. Alors on a beau se dire d’un coté « hey ça va, belle gosse !! », y a constamment une petite voix qui dit mais arrête, regarde toi, t’es grosse, t’es moche, on te l’a assez dit quand même. Ah oui c’est vrai. Alors on vit avec ces deux trucs constamment et au final on a constamment un petit rejet de ce qu’on est.

Donc j’en reviens au sport, y a quelques années je me suis remise au sport. Ah oui car j’ai oublié un autre détail, suite à cet harcèlement, j’ai eu de gros problèmes de dos, cyphose, triple scoliose, la nana qui porte les soucis sur son dos, qui s’écrase, qui veut plus qu’on la voit, qui a envie d’être une tortue pour pouvoir rentrer dans sa maison et qu’on la voit plus. Bilan, tout se déforme et on m’opère. Deux barres dans le dos, je grandis de 6cm en une opération dis donc, puis infection quand je pars vivre aux US car difficile de se soigner là bas, enfin disons qu’il faut faire 1h de route, 3h d’attente pour des antibios, donc on laisse l’angine passer, sauf qu’avec des corps étrangers, faut absolument tuer les microbes mais ça je savais pas, je reviens en france en urgence, je peux même plus pousser une porte, ouvrir un tiroir, c’est comme si je recevais 1000000 coups de couteaux en même temps dès que je bouge un bras, trop d’infection partout, le dos explose et ouvre ma cicatrice lors d’un éternuement, je suis à deux doigts de la septicémie, on me ré-opère en urgence. Quelques jours plus tard j’y vois le tunnel et la lumière mais je suis réveillée à grand coups de claques dans la tronche par les infirmiers, j’ai vu le tunnel youhou !!!

Après tous ces problèmes forcément, je me disais le sport c’est pas fait pour moi, eh non je peux pas attends. Trop de problèmes. Et puis j’avais quitté le sport depuis le collège. Je me faisais tellement insulter dans tous les sens au sport, toute seule dans un coin des vestiaires à ne pas oser montrer mes formes, que ça faisait belle lurette que j’en faisais plus, du coup j’avais encore plus de formes. bon. Quelque part peut-être que ça m’arrangeait un peu aussi !! 

Bref y a quelques années de ça quand même je me dis attends, moi je veux me mettre au sport. En plus j’ai jamais aimé mon corps, merdouille. Alors j’essaie la course à pied. 3mn, j’en peux plus, et deux jours clouée au lit tellement j’ai mal au dos derrière. Ah ouais mais nan !! je réessaie une semaine plus tard, la même. Je peux pas courir, c’est un fait prouvé là, je suis dans mon lit parce que j’ai couru 3 mn.

Et puis ça fait chier quand même, alors je me dis, commençons par muscler le corps max. Je fais donc des abdos, beaucoup de gainage et un mois plus tard je retente la course à pied et là, j’y arrive. Enfin je cours 10 minutes, eh oui pas plus, j’ai pas encore l’entraînement, mais surtout le lendemain j’ai pas mal. J’ai gainé mon corps, la douleur se fait moins sentir. Et hop je me mets à la course à pied. 5km, 10km, je vais parfois jusqu’à 15km pour une sortie, c’est rare mais ça m’arrive. Si j’avais cru un jour pouvoir faire ça, moi qui n’ai jamais aimé courir et qui m’en croyais incapable !

Bref donc me voilà…sportive !

Il y a donc 3 ans de ça, je rencontre ce fameux apollon que je nomme ma flamme jumelle. Un sportif max lui aussi. Très complexé par son physique alors qu’il est beau comme un dieu ! Mais à priori on s’est moqué de lui quand il était à l’école. Tiens donc. Anyway, sportif tous les deux on se challenge max !

Tu fais 30km de vélo, bah moi 35km, du coup il en fait 40, bah moi 42, lui 50..ah, bon bah moi j’arrête les km ici, j’ai peur de me perdre si je vais trop loin. Il fait 3mn de gainage sans se poser, moi j’en fais 5, il en fait 6…Oui bon 7 ça fait quand même beaucoup. En tout cas à force de se challenger, tous les jours on allait toujours plus loin et on s’envoyait des photos et des vidéos eh oui, tiens regarde comment je développe mon corps. Wouh Wouh, que tu es belle !!! En revanche toi on dirait Hulk alors il va quand même falloir se calmer à un moment. Avec les veines qui ressortent et tout, manque plus que la couleur verte….très peu pour moi. Sauf allez, 2/3 sur les bras ça peut être un peu sexy mais bon, ne soyons pas extrême non plus.
Puis ça se termine entre nous, je vous refais pas l’histoire flamme jumelle !

Je continue le sport de mon coté mais j’ai plus de challenger alors j’ai plus la même niak, le même rythme ! C’est le moment ou je me mets à la guitare pour lui composer des chansons et lui chanter « reviens vers moi….tout de suite !! » alors je fais mes 3 séances de jogging par semaine, je continue mes exercices, mon gainage, je me fais plus chier à faire 5mn, trop long, puis je réduis, je continue de courir histoire de rester in shape, mais tout ce que je faisais à coté, challengé par lui, bah je le fais plus. La guitare prend le pas sur le sport. Quelque part c’est bien aussi puisque ça m’a fait progressé très vite à la guitare le fait de ne faire que ça. J’ai toujours été un peu dans les extrêmes, à fond sur ça, puis sur ça, puis sur ça, puis je reviens à ça. 

Suite à lui toujours, je décide de réaliser mes rêves et de commencer Create Your Paradise, j’ai pas trop d’idée claire si ce n’est que je veux vivre de ce que j’aime, pour ça je veux mon temps libre alors je demande une rupture conventionnelle ! On ne veut pas me la donner…Alors je fais quelque chose que je n’aurais jamais fait avant, me servir de mes problèmes de santé…
Avant j’aurais culpabilisé, tu vas quand même pas te mettre en arrêt et être payée, folle va ! C’est arnaquer la société ça.

Ah bon ? parce qu’elle ne nous arnaque pas peut-être la société ! Quand je vois que le fric du contribuable part dans le bureau, la vaisselle de Jupiter ou encore dans les Armes pour faire la guerre, aujourd’hui j’aurais plus aucune culpabilité de faire ça pour construire un monde meilleur derrière !  C’est d’ailleurs une pote qui me dit « mais là ce que tu veux faire, c’est en vue de réaliser tes rêves non ? » « oui », et là déclic,  je vais chez le médecin, je lui parle de mes problèmes de santé et que j’ai trop mal en ce moment.

Quand je vais voir un médecin, dès que je lui montre mon dos, il me dit ok tout de suite à tout. Celui là il ajoute quand même des trucs sympas « mon dieu, vous êtes une martyre, vos parents doivent être si malheureux d’avoir un enfant dans cet état, quelle horreur à votre âge d’avoir un dos pareil, qu’allez vous devenir ? ». LOL, si LOL quand même, comment peut on dire des choses pareilles, heureusement que je suis plus dans mes années de négativité car là je lui aurais demandé une corde directement. Il me demande si je veux des anti dépresseurs, je dis oui bien sur, je suis au fond du trou Monsieur, des anti dépresseurs mais surtout un arrêt maladie. Que j’obtiens sans problème, 2 semaines….pour commencer. Bien sur fini les anti dépresseurs depuis belle lurette, je vais bien dans ma tête. Je fais quand même une IRM pour mon dos et en fait j’ai un autre problème de dos, qui demandera à terme, une autre opération..bon. En même temps, on est pas à une opération près et quelque part, c’est ce qui me permettra au final d’obtenir ma rupture conventionnelle…à force d’absences et de mi-temps thérapeutiques. Et si tout cela était prévu en vue d’arriver à mes fins ?
Suite à ce nouveau problème de dos, mon rhumato me conseille de ne pas courir plus de 5km par séance et en fractionné si possible…je réduis un peu plus le sport.

J’ai de nouveau mal au dos, enfin depuis mes opérations j’ai toujours plus ou moins mal, mais là plus, une bonne douleur qui me dérange quand même, et je comprends pas bien pourquoi, parce que j’ai eu ces nouvelles douleurs à partir du moment ou j’ai fait à la base « semblant » d’en avoir. Drôle de coïncidence ! En même temps ça a un rapport avec la fin de ma relation avec lui et l’arrêt du sport.
Haaan, déjà niveau émotionnel, mon problème correspondrait avec cette rupture et puis bien sûr, l’arrêt du sport !!! Je me rends même pas compte mais je me suis démusclée complet, je deviens un Chamallow. Horreur Malheur 

Un an plus tard, je continue le sport mais je trouve quand même que j’ai pris des hanches, et mon dieu, qu’est il arrivé à mes bras, j’ai perdu 30 kilos ou quoi ? J’ai des bras de personnes qui ont perdu un poids incroyable je comprends pas. Je fais mes calculs, j’ai du perdre/gagner 3/4 kilos. C’est quand même pas 3/4 kilos de yoyo qui font ça ?? Je comprends pas.

Oh la la….je me kiffe pas comme à l’époque ou j’étais avec lui en tout cas. Et puis mon dos s’empire. A 38 ans avec un dos de 70 piges comme disait mon médecin, que vais je devenir ? Oui je sais je me tiens pas droite…..ils avaient peut-être raison, je suis moche et grosse. Bon non, j’ai quand même travaillé sur ça donc ce n’est plus ce que je pense, j’arrive à m’accepter bien plus qu’avant.
Avant tout ce travail, cet éveil, je faisais constamment des crises d’hystérie sur mon physique, à m’abîmer le corps, à crier dans tous les sens. Je voulais me détruire, carrément.

Quand j’étais en école d’informatique, j’étais plutôt jolie, je n’avais plus mon physique du collège, je me souviens qu’un matin je suis allée chercher un croissant. Le mec qui tenait le stand, je le connaissais bien et pour me taquiner, il m’avait dit « tu es sure que c’est raisonnable ? »…purée le mec est en train de dire que je suis grosse !!!!!!  je suis partie m’enfermer dans les toilettes, j’ai crié, j’ai pleuré, LACHEZ MOI, je veux mourir. Mon amoureux de l’époque a du défoncer les portes des toilettes pour m’en sortir. Je ne supportais plus qu’on me dise ce genre de trucs, qu’on me fasse des réflexions qui touchaient mon physique. Je voulais plus qu’on me regarde. Jusqu’à 30 ans je me suis reçue des réflexions là dessus car je ne me supportais tellement pas, je devais le vibrer si fort que régulièrement je me recevais des pics par ci par là, qui concernait toujours mes formes, même quand j’en avais plus ! Puis à partir du moment ou je me suis acceptée un peu plus, les réflexions ce sont calmées petit à petit jusqu’à s’arrêter complètement. Dingue n’est ce pas ? Pas si dingue mais bon ce qui explique bien que ce qu’on vibre, on l’attire !

Ceci dit, il y a toujours des restes, quand je vais essayer des fringues dans une boutique et qu’on me dit « comme vous êtes mince, vous pourriez peut-être essayer »…pardon ?? Nan moi je suis pas mince ahah, avec un bon rire gras genre elle est pas bien celle là, change de lunette…Ou encore quand je dis « moi qui suis ronde »…..les gens me regardent mais t’es pas ronde t’es mince….Ahah mais les gars, pourquoi vous vous moquez encore de moi ?  Je pense que jamais je pourrais me considérer mince, ou si, si je travaille avec des affirmations positives pendant très longtemps là dessus « je suis mince je suis mince je suis mince »….bref, c’est rigolo car ça reste encore toujours un moment de stupéfaction d’entendre ce genre de truc et y a un sentiment au fond de moi du style la tête emoji Facebook avec les coeurs à la place des yeux « j’ai toujours rêvé qu’on me dise ça <3″…pour redescendre comme un soufflet derrière « n’importe quoi ». Dingue comment on peut être programmé hein.

Bref pour en revenir à il y a 3 ans, ou plutôt 2 ans et demi maintenant après cette relation FJ ou j’avais un corps in shape max car je voulais me plaire et lui plaire, être la plus belle pour aller danser avec lui, y a eu un peu de laisser aller même si bon, ça restait encore ok hein…Sauf que j’ai toujours ce truc d’avoir un corps parfait ancré en moi ! Si on trouve rien à y redire, on me dira rien.

Alors que je replace le truc que je veux dire depuis le début. Me suis un peu perdu à vous raconter tout ça.

En gros…j’ai appris à m’accepter beaucoup plus malgré ce que je vous raconte, j’ai vraiment fait un pas de géant, ça fait bien longtemps que je ne pique plus de crise sur cette non acceptation. J’accepte mes rondeurs, mes petits défauts par ci par là …en même temps j’ai vu un peu mon corps changer avec la ralentissement du sport..Donc phase d’acceptation et en même temps incompréhension de ce corps qui n’est plus du tout celui d’il y a 3 ans, et que j’aimais tant…enfin tant n’abusons pas mais que j’acceptais plus vachement bien.

Je vis une petite expérience pendant l’été et paf je me sens rejetée ! Aïe Aïe.
C’est toujours les autres qui nous font prendre conscience de nos blessures, c’est sur qu’à rester seule chez moi, tout va bien, j’évolue, sauf que j’ai peu de test pour mettre en pratique ce que je ressens par rapport à moi. C’est pas mon ordi ou ma guitare qui vont me faire vivre des choses, si ce n’est peut-être a patience.

Cet été, je me suis aperçue non seulement que me retrouver face à moi-même dans le silence le plus total m’effrayait. La solitude tant que j’ai mes 400 passions pour m’occuper, c’est nickel miguel, je ne vois même pas le temps passer, en revanche, se retrouver seule dans un silence le plus total. La c’est une autre paire de manche, ça m’angoisse. Qu’est ce qui m’angoisse ? Le vide ? Ma présence ?

Bon et ce rejet que j’ai expérimenté. Pfff j’ai passé 3 jours à me poser des tas de questions que je ne me posais plus. Je suis trop ceci, je suis trop cela, purée, je suis moche en fait, et grosse ! mais oui, bouh et ce corps. Et pffiou, petite phase de honte de moi, physiquement, ça revient. Eh oui c’est pas parce qu’on bosse sur soi depuis des années que ça y est on est 100% confiance max, y a toujours des tas de choses à travailler et ce mois d’Août a été un mois ou des tas de choses sont remontées aussi. Des vieilles blessures du passé, celle du physique étant une des plus grosses pour moi à dépasser.
Je croyais m’accepter quasi totalement, plus qu’avant ça c’est sur mais je me rends compte que je retombe dans ces travers petit à petit !! Mon PHYSIQUE bordel. Mon PHYSIQUE !!! Rhaaa, je vieillis, j’ai beaucoup de mal, et en plus mon corps s’est transformé et ça me pose un gros problème. Nithael, Nithael, Nithael….pour ceux qui ont suivi ma vidéo sur l’Angéologie ^^

Ca me fait penser d’ailleurs à ma meilleure amie qui m’avait dit y a des années : Cécile, je sens que tu ne vas pas supporter vieillir. Ahah, ma pote, elle m’a toujours des trucs ultra censés et ça correspond bien avec mon Ange du 11 Octobre, la peur de vieillir et le physique, toutafé. 

J’en parle à ma mère qui me dit « bah oui ton corps a un peu changé, en même temps rappelle toi du sport que tu faisais à l’époque, tu n’arrêtais pas, c’est normal que tu aies changé, t’en fais quasiment plus. »
Ah bon ?? Je faisais autant de sport que ça ? 

Quelques jours plus tard j’ai un ami qui m’appelle que j’ai pas vu depuis longtemps et que me sort plein de compliments sur mon coté sportif, de ce que j’ai réussi à faire de mon corps….eh ouais il est plus comme ça là mais bon je dis rien hein, autant qu’il garde cette image que j’aimais de moi ! :p Il est à Paris, je suis à Nice, il n’y verra que du feu. ^^

En fait je me rends compte que je suis active, je marche beaucoup, j’ai de plus en plus mal au dos quand je cours et je cours 3 fois moins aussi mais tout ceci est un cercle, forcément je muscle plus alors j’ai plus mal quand je cours alors je cours moins alors petit à petit je chamallowise sans même m’en rendre compte !!

Je me souviens que quand je faisais tout ce sport, je n’avais pas mal au dos comme aujourd’hui. Mon corps étant musclé ça tenait tout en place. Les médecins m’ont toujours dit de muscler le dos, le corps, et de garder un poids le plus léger qui soit pour les douleurs.

Suite à ça gros déclic. Purée mais c’est ça qui va pas !!!! Qui me font ressentir tout plein de choses pas cools. Tant physiquement au niveau de mes douleurs que psychologiquement !!! BAM !! C’est ça. 

Je ne dis pas que c’est ce qu’il faut faire : FAIRE DU SPORT à fond pour s’accepter, je parle de moi, dans tout ce que je transmets d’ailleurs, je ne suis pas là pour donner des leçons mais partager mes expériences et mes prises de conscience, j’ai vraiment eu le déclic que j’avais petit à petit fait beaucoup moins de sport et que je m’aimais moins, m’acceptais moins, que ça me faisait de la peine de ressentir ces douleurs, que ça m’angoissait encore plus de vieillir avec ces soucis de santé, que je trouvais que je me cambrais encore plus en avant..qu’avant et quand je pense à moi dans mes pensées c’est comme ça que je me vois et ça me va pas, ça me convient pas, et ça me fait même peur. L’image que j’avais de moi physiquement y a 3 ans n’est plus du tout la même aujourd’hui et ça me dérange. Il ne tient qu’à moi de changer ça donc. 

Et en fait je me rends compte que je n’ai pas forcément été rejetée, je me suis rejetée moi même car depuis quelques mois mon niveau d’estime baisse et me rend plus très fière de ce que je suis ! Physiquement je parle, car pour le reste c’est plutôt le contraire, plus j’avance dans mes projets et plus je me sens bien à ce niveau là.

Bref ce jour ou j’ai pris conscience que c’était CA qui me manquait qu’il fallait que je réintègre dans ma vie pour me sentir bien comme à l’époque. Je suis repartie dans mon programme de sport que j’appliquais 3 ans auparavant.

Ca fait 1 mois que je l’applique de nouveau. Je reprends vite. Mon corps en a le souvenir et j’ai déjà changé. Je me suis aussi inscrite à la salle d’à coté. Ca aussi j’avais oublié, je faisais de la Zumba à l’époque. Qu’est ce que j’aime, musique à fond, sauter dans tous les sens et j’adore j’adore j’adore danser. A l’époque avec la prof on s’éclatait toutes les deux à danser en choré comme deux folles, LE KIFF ULTRA TOTALE, puis elle a été remplacée par une nana qui faisait des pas à 2 à l’heure sur des musiques de cloclo, ah ouais nan je préfère rester chez moi mâcher du malabar plein de sucres !!!! Mon dieu c’était lent et chiant, pour moi, et pour d’autres aussi…Alors j’y suis pas retournée mais sans m’en rendre compte finalement, j’ai supprimé ça + ça + ça + ça…A force de tout lâcher, j’ai commencé à me déprécier sans savoir vraiment pourquoi. Et il a fallu de ce « rejet », de ce que m’a dit ma mère,mon pote, pour me provoquer ce déclic. Merci Univers et merci à ceux qui ont contribué à cette prise de conscience.

C’est peut-être con dit comme ça mais après 1 mois je me rends compte à quel point c’était ça. prendre soin de moi, de mon corps, de mon dos.

Je me suis inscrite à cette salle, je transpire, je bouge, je muscle, et je me surprends à revenir du sport la tête HAUTE. Oui la tête haute, parce que je suis contente, je me sens bien, je me sens tonique et ferme et j’ai plus ces voix qui résonnent. Il y a aussi ce coté fierté dont j’ai envie de parler en vidéo un jour et qui est pour moi important.

Combien de fois on se dit j’aimerais faire ceci, cela. Ca peut-être du sport mais aussi, de commencer un projet, la musique ou d’arrêter de fumer ou de manger du sucre ou peu importe. A force de se dire qu’on aimerait commencer ou arrêter ça sans jamais le faire, ça nous enfonce, de façon insidieuse.. sans s’en rendre compte….parce qu’inconsciemment on est pas fier de soi, on le fait pas alors au fin fond on se sent un peu naze.

Moi c’est vraiment ce que je ressens en ce moment, avec ça mais d’autres choses aussi. je me suis remise d’équerre à tous les niveaux, bien sur je suis loin d’être parfaite et de ne pas faire d’écart mais j’ai un point d’honneur à tenir certaines engagement et depuis que je m’y tiens, purée, je pense que je dégage une autre énergie, je me sens mieux, alignée dans mes actions avec ce que je veux faire de moi ! 

Alors même si j’ai passé quelque temps un peu difficile cet été, une fois de plus je me rends compte que ça m’a permise d’avoir certaines prises de conscience pour m’aligner de nouveau un peu plus, me recaler, agir sur ce qui me déplaît.

Avant de venir m’installer à Nice, j’avais une image de moi. Le corps que j’avais il y a 3 ans, sportive, tonique, saine de corps et d’esprit. En arrivant là c’était pas encore trop ça et je me disais bah super l’image que j’avais était bien plus haute que ce que je suis en train de faire. Et pouf j’ai l’impression que je pars enfin dans cette direction que j’avais visualisée.

En vous partageant ça je me dis que ça peut aussi aider certaines personnes à prendre conscience de choses inconscientes dont on a pas conscience et qui inconsciemment ne nous rendent pas bien. 
J’en reviens à cette question de fierté, de s’estimer, quand on a toujours des trucs dans le fond fond de soi sans jamais les réaliser, bah on s’enfonce tout seul. Ca vient aussi de là ces dépressions que j’ai traversées, j’avais tellement un autre idéal pour moi mais je ne faisais rien, ça me rendait dingue, ça me frustrait et ça me rendait de plus en plus malheureuse.

Parfois on se dit allez semaine prochaine je vais courir (ça ou autre chose encore une fois), puis on ne le fait pas, puis on repousse, encore et encore…Ca crée quoi au fond de nous ? Ce qui est sur c’est que ça nous crée pas un sentiment positif, on se dit au bout d’un moment « purée je suis qu’une merde parce que je le fais pas »…comme le fait de réaliser ses rêves, moins on fait ce qu’on a envie de faire, plus on s’auto-enfonce inconsciemment jusqu’à vraiment croire qu’on est capable de rien.

Pour terminer, je repense à ces phases de silence, seule face à moi-même. Bon là je suis chez moi, avec 150 trucs à faire et du bruit dans tous les sens, mais je me visualise de nouveau de cette situation et bizarrement je m’y sens mieux, seule face à moi-même. Faudrait que je reteste, mais serait-ce parce que j’ai pris conscience de certaines choses et fait le nécessaire derrière qui m’apaiserait ?

Allez je finis sur un autre truc que j’ai envie de partager. J’ai entendu par le passé, et j’entends toujours d’ailleurs… »Laisse les choses venir, suis ton envie, si tu n’as pas envie ne le fais pas etc etc ». Je suis bien sur d’accord avec ça et en même temps je me souviens d’une personne qui répétait ça et qui n’enclenchait jamais aucune action….en se disait que tout viendrait ou que si on avait pas envie de faire quelque chose, il ne fallait pas le faire. Ca dépend !

Aide toi, le ciel t’aidera mais d’abord il faut s’aider. Quand on dit « si tu n’as pas envie ne le fais pas »..ce qui revient à dire « suis ton envie »….Oui bah non pas toujours.
J’en reviens au sport « purée, faudrait que je fasse du sport, je me sentirais mieux mais là j’ai la flemme »… mon envie c’est de rester sur le canapé donc je le fais pas.

Sauf que parfois, on se ‘force’ à faire quelque chose qu’on a pas envie de faire sur le moment et par la suite on est tellement fier et on apprécie tellement de l’avoir fait. 

Exemple, je me souviens à Paris, j’étais juste en face du parc monceau, bon ça ça aidait, pas trop de km à faire pour rejoindre un parc et courir. Combien de fois il y a eu la pluie ! ou des températures à 0. Franchement ça donne pas envie de courir ! L’envie de l’instant : rester dans le canapé avec un chocolat chaud bien sur….mais je me forçais !!!!! J’y allais quand même…et pour me motiver, j’imaginais rentrer après…au chaud. Une bonne douche après avoir les mains gêlées : LE BONHEUR !!! Surtout que j’avais une douche qui était en plus un véritable bonheur à l’époque. Je visualisais ce que ça allait être à l’avance. Alors que prendre une douche comme ça sans être sorti dans le froid, sans avoir fait d’effort, n’avait pas du tout la même saveur. Alors j’imaginais ça et aussi la fierté que j’avais d’avoir eu le COURAGE de courir sous la pluie ou dans le froid, et je ressentais cette petite sensation au niveau du plexus, genre je l’ai fait quoi ! Bravo Cécile. Trop contente. Puis ensuite je me voyais me mettre au chaud sur mon canapé, avec un petit thé, regarder une série, ou jouer de la guitare ou faire autre chose. Cet instant n’avait pas non plus la même saveur que si j’étais restée toute la journée chez moi à flâner. Là quelque part j’avais cette sensation de mérite, de récompense. maintenant tu peux flâner, alors que sans ça j’aurais plutôt culpabiliser en me disant « et voilà t’as encore rien foutu »…

bref je vous partage la façon dont je fonctionne, bien sur on est tous différent, mais pour moi c’est tellement énorme comment ça joue sur mon bien-être tout ce que je vous raconte là. Cet été ça a été l’histoire de me remettre dans le droit chemin, de reprendre ce que j’avais un peu mis de coté. Focalisée sur mes projets j’en avais oublié mon bien-être physique qui joue aussi sur le bien-être mental forcément.

Allez j’arrête là, car justement je dois faire mes petits exercices et tout plein de choses que j’ai un peu la flemme de faire mais qui me rendront fière et en hautes vibes une fois que ce sera fait, alors j’y vais et je vous kiss !

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular

To Top
libero Curabitur ipsum Praesent luctus fringilla odio sem, quis, sit